Arahants
Roue du Dharma
Églises orthodoxes russes
Bouddha
Oeufs de Pâques
Mosaique musulmane
Divinités grecques
Vitrail
Stupa
Mosaique musulmane
Étoile de David
Divinités hindoues
Baptême du Christ
Dragon

Décès de la professeure émérite Anita Caron

Anita Caron (Credit Denis Bernier)

Nous avons le regret de vous informer que la professeure émérite Anita Caron est décédée vendredi le 22 juillet, à l'âge de 88 ans et 9 mois, au Centre d'hébergement Notre-Dame de la Merci à Montréal.

La famille vous accueillera au Complexe funéraire Urgel Bourgie au 1255 avenue Beaumont, Ville Mont-Royal, le samedi 13 août 2016, dès 9h30. Suivra un hommage à 11h30 au complexe.

Prière de ne pas envoyer de fleurs; un don au Fonds Anita Caron/IREF de la Fondation UQAM serait apprécié.

Au courant du mois de septembre, se tiendra une rencontre commémorative, à l'UQAM, pour honorer la mémoire de Madame Anita Caron.

(cliquer sur le + pour lire la suite)

 

L'équipe du Département de sciences des religions présente ses plus sincères condoléances aux membres de la famille d'Anita: sa sœur, Huguette Caron Lauzon, sa nièce Sylvie Lauzon (Michel Guernon), sa petite nièce Anne-Sophie et son neveu Éric Lauzon. Elle transmet également ses condoléances à ses nombreux amis et amies, dont Huguette Teasdale, Marcelle Lacroix, Denise Therrien, Jeanne-Mance Mayrand et Huguette Dupont, à toutes les personnes qui ont œuvré avec elle à l'Association des amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec (APMAQ), en particulier Agathe Lafortune, à celles qui étaient surnommées les «  filles d’Anita », Lorraine Archambault et Anick Druelle, ainsi qu’à toutes les personnes qui ont travaillé avec elle à l’UQAM, notamment à l’IREF, au CIRADE et au CIRST.

Anita Caron a été professeure à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) de 1969 à 1993. Auparavant, elle avait enseigné à la CECM, en enfance inadaptée, de 1946 à 1950, travaillé à la permanence de l'Action catholique de Montréal de 1950 à 1962, puis enseigné à l'École normale Notre-Dame et à l'École normale Ville-Marie de Montréal de 1963 à 1969, tout en poursuivant sa formation universitaire. Elle sera d’ailleurs la première femme laïque à obtenir au Québec, en 1968, un doctorat en sciences religieuses/théologie (Université de Montréal) avec une thèse sur la démythologisation.

Madame Caron a été de l'équipe fondatrice du Département de sciences religieuses de l'UQAM en 1969.

Elle a également été de l'équipe fondatrice du Groupe interdisciplinaire d'enseignement et de recherche féministes (GIERF - 1977) qui deviendra en 1991 l'Institut de recherches et d'études féministes (IREF) et dont elle sera la première directrice (1991-1993). Une bourse d'études porte d'ailleurs son nom: bourse du Fonds Anita Caron/IREF de la Fondation UQAM. Elle a assumé la présidence du Centre interdisciplinaire sur l'évaluation sociale des technologies (CIEST 1984-1989). Au moment de prendre sa retraite en 1993, elle a accepté la présidence du Réseau québécois des chercheuses féministes, fonction qu’elle occupera jusqu’en 2000.

Tout au cours de sa carrière à l'UQAM, elle a assumé de multiples responsabilités administratives: directrice de différents modules, directrice du Département de Sciences religieuses, vice-doyenne des Sciences humaines, etc. Elle a également été membre de la Commission des études (1985-1989) et du Conseil d'administration de l'UQAM (1977-1979). En plus de ses nombreuses activités d'enseignement, elle a poursuivi d'importants travaux de recherche sur des sujets aussi variés que le développement moral de l'enfant et l'enseignement de la philosophie aux enfants, les femmes et leur participation au pouvoir dans l'Église, l'économie sociale et la lutte contre l'appauvrissement des femmes. 

Celle qui a reçu la Médaille du Prince de Galles quand elle a complété son brevet supérieur d'enseignement en 1946, s'est vue décerner le titre de professeure émérite au moment de sa prise de retraite de l'UQAM en 1993. En 1994 elle se verra octroyer le Prix du mérite de l'APMAQ, association dont elle sera la présidente de 1998 à 2008. http://www.maisons-anciennes.qc.ca/nouvelles/deces-danita-caron/

Déterminée, courageuse et discrète, Anita Caron était une femme d'équipe. En plus de son rire inoubliable, elle laisse le souvenir d'une intellectuelle engagée et d’une femme d’action qui s’est intéressée avec passion et bienveillance au développement moral des enfants, qui a œuvré avec conviction à la mise sur pied et à l’essor d’institutions et de recherches féministes et qui s’est énergiquement impliquée pour la mise en valeur du patrimoine.  Cette femme de culture, cette travailleuse infatigable a poursuivi sans relâche des idéaux reliés à la démocratisation des savoirs, à la justice sociale et à l’égalité des sexes. 

Elle était pour moi une amie très chère, une mentor.

 

Marie-Andrée Roy, professeure

Directrice du Département de sciences des religions
UQAM