• COVID-19 : Études à distance jusqu'au 1er mai

Consultations sur le programme d’études Éthique et culture religieuse

Mémoire du Département de Sciences des religions de l’UQAM – 27 février 2020

En 2018-2019, le ministre de l’éducation et de l’enseignement supérieur a régulièrement exprimé son intention de réviser le programme Éthique et culture religieuse (ÉCR) implanté depuis 2008 dans l’ensemble des écoles primaires et secondaires du Québec. Le 10 janvier 2020, il précisait « l’objectif principal » de cette révision : « établir de nouveaux thèmes qui enrichiront le programme d’études et remplaceront, en tout ou en partie, les notions de culture religieuse » (MEES, 10 janvier 2020).

Avant cette annonce officielle, le Département de Sciences des religions avait amorcé une réflexion dans le but de soumettre au ministre des recommandations afin de bonifier le programme et de faire en sorte qu’il s’ajuste à l’évolution de la société ainsi qu’au développement de la recherche scientifique. Dans son projet de rapport (annexe 2), le Département prenait pour acquis que les deux volets du programme d’ÉCR seraient maintenus. En effet, dans les écoles primaires et secondaires, dans les milieux de formation et de recherche universitaires en éducation ainsi que chez les dizaines d’experts universitaires qui ont été mis à contribution pour l’élaboration du programme d’ÉCR, rien ne laissait entrevoir que le volet culture religieuse allait faire l’objet d’une telle remise en question, d’autant plus que ce programme n’a été soumis à aucune évaluation formelle depuis sa mise en application. Bref, l’annonce du ministre a pris par surprise celles et ceux qui, dans les écoles et dans les universités jouent un rôle de premier plan au regard de la mise en œuvre de celui-ci.

Pour consulter l’ensemble du document, voir le document suivant: Mémoire du Département de sciences des religions

Faits saillants du mémoire

L’annonce de la refonte en profondeur du programme d’ÉCR, particulièrement d’une importante révision à la baisse de ses contenus en culture religieuse, a pris par surprise toutes celles et tous ceux qui, dans les écoles et dans les universités, sont fortement engagés dans sa mise en œuvre. Par le passé, ces mêmes acteurs ont régulièrement été exposés à des turbulences étant donné les incessantes remises en question sur la place de la religion à l’école. Avec l’abolition des enseignements confessionnels et l’instauration d’un programme obligatoire d’éthique et de culture religieuse, tous croyaient que le Québec avait enfin trouvé une voie qui conciliait des points de vue qui avaient été jusque-là parfois diamétralement opposés. L’apparition de ce programme inédit apportait un souffle nouveau en éducation et portait à supposer, pour employer une expression populaire, que le Québec inclusif que nous voulions alors, refusait de « jeter le bébé avec l’eau du bain » étant donné la place significative que ce programme accordait aux traditions qui constituent le patrimoine du Québec et qui le renouvellent sans cesse.

Le Département de Sciences des religions de l’UQAM, riche d’une vaste expertise reconnue à travers le monde sur les rapports entre la culture, les sociétés, la laïcité et le religieux, et fort de ses compétences en matière de morale et d’éthique, interpelle avec force le ministre afin que les recommandations de ce Mémoire, qui se veulent respectueuses et constructives, soient sérieusement prises en considération. Nous pensons que ces recommandations, d’une part tiennent compte de la volonté politique qui anime le présent Gouvernement et, d’autre part, des besoins de nos élèves, du personnel enseignant, de la population et de notre société en général.

Pour la suite des faits saillants, voir le document suivant: Faits saillants

Département de sciences des religions

Né avec la création de l’UQAM comme université publique, démocratique et laïque, le Département de sciences des religions, qui n’a aucune attache confessionnelle, offre à tous les cycles des formations ouvertes, polyvalentes et critiques : trois programmes au 1er cycle, trois au 2e cycle; et un doctorat conjoint. Ses enseignements et ses recherches multidisciplinaires mettent l’accent sur 2 grandes déclinaisons du phénomène religieux : 1) Les traditions religieuses, leur histoire et leur présence dans le Québec contemporain; et 2) Les dimensions religieuses et éthiques de la culture, des productions culturelles, des institutions sociales et de la subjectivité individuelle.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de sciences des religions
Local W-3020
455, Boul. René-Lévesque Est
Montréal (Québec) H2L 4Y2