• Bannière du Département de sciences des religions

Author: marcotte_r

Croyances, laïcité et polarisations chez les Québécois de tradition catholique (4 déc.2020, 12h30-14h00)

Conférence Zoom, dans le cadre des midis-CRIDAQ, de Mme Stéphanie Tremblay, professeure au Département de sciences des religions de l’Université du Québec à Montréal.

Vendredi 4 décembre 2020, de 12h30 à 14h00, entrée gratuite.

Inscrivez-vous pour recevoir le lien Zoom auprès de Victor Alexandre Reyes Bruneau (cridaq@uqam.ca)

Résumé : Si le moment symbolique de la Révolution tranquille n’a pas marqué le point d’arrivée de l’expérience religieuse au Québec, il a certainement catalysé la sécularisation du catholicisme traditionnel et recomposé ses modalités d’expression. Quelque soixante ans plus tard, la société québécoise réfléchit moins le religieux sous l’angle de sa contribution à l’identité nationale qu’au prisme d’une laïcité définie autour de la visibilité des appartenances et de l’« encadrement des demandes d’accommodement » (projet de loi no 21). Inscrite dans ce contexte, notre communication présentera les résultats partiels d’une recherche qualitative FRQSC portant sur l’imaginaire religieux contemporain des Québécois de tradition catholique. En première partie, nous explorerons l’expérience religieuse vécue par nos 41 participant.e.s naviguant au sein de différentes générations en s’attardant aux souvenirs (ou non) de l’enfance catholique, à la perception des moments pivots ponctuant les trames biographiques et sociale – dont la Révolution tranquille – et aux visions plutôt convergentes du religieux « acceptable » et de ses limites. Notre regard se déplacera ensuite sur le terrain des débats actuels sur la laïcité au Québec. Nous verrons que ce changement de cadrage discursif sera propice à une certaine polarisation des points de vue reproduisant en quelque sorte les camps opposés du débat politique sur la question. Les points de vue plus réticents à l’expression publique du religieux seront en particulier associés à l’expression d’émotions à fleur de peau, dont la peur et la colère. Bien que l’hypothèse culturaliste de la mémoire catholique puisse éclairer en partie cette relation complexe au religieux, nous formulerons ici une hypothèse plus pragmatique : si certains manifestent un fort degré d’engagement dans ce type de débat, plusieurs ne témoignent en ce domaine qu’un intérêt limité, voire une « indifférence relative » (Guillo, 2015). Or, cela n’empêche pas les individus d’avoir un avis, lequel semble largement lié à la position qu’ils estiment occuper dans le jeu des rapports sociaux entre « majoritaires » et « minoritaires ». 

VISITER LE SITE WEBÉVÉNEMENT FACEBOOK

CRIDAQ

Prix Reconnaissance 2020

Chantal Deschamps est l’une des sept diplômés remarquables honorés pour leur engagement professionnel, l’impact de leurs réalisations et leur rayonnement.

Depuis sa création, l’UQAM forme des citoyennes et des citoyens mobilisés, visionnaires et audacieux. La lauréate d’un des sept prix Reconnaissance 2020 démontre une fois de plus la qualité des diplômées. Sa carrière étonnante, son engagement professionnel, et l’impact de ses réalisations dans la communauté et son rayonnement ont été des facteurs déterminants dans l’attribution de cette reconnaissance.

Chantal Deschamps, M.A. sciences religieuses, 1982
Mairesse de la Ville de Repentigny
Lauréate 2020 du Prix Reconnaissance de la Faculté des sciences humaines

Première femme élue mairesse de la Ville de Repentigny, Chantal Deschamps y exerce actuellement son sixième mandat. Très engagée dans sa communauté et dans la vie politique municipale, elle y a piloté plusieurs dossiers d’envergure, notamment celui du train de l’Est. Outre la politique, elle se passionne pour l’enseignement, ce qui l’a d’ailleurs menée à enseigner à l’UQAM dans les années 1980-90.

Son parcours professionnel atypique est aussi présenté sous forme de capsule dans la série À livre ouvert produite par Urbania. On y découvrira en quoi leurs études à l’UQAM ont façonné les individus qu’ils sont devenus aujourd’hui. Voir la vidéo À livre ouvert : Le leadership.

Méditation theravāda. Programme court de 2e cycle (2021-2022)

Méditation theravāda et processus de création : approches académiques, critiques et expérientielles (2021-2022)

Information supplémentaire importante et clarifications (PDF)

Trois séminaires de 3 crédits chacun : Automne 2021, Hiver 2022, Mai 2022

Alors que les techniques de méditation bouddhistes foisonnent dans notre univers occidental contemporain, l’objectif de ce programme court de deuxième cycle sur la méditation theravāda est de permettre aux participant.e.s d’approfondir leurs connaissances théoriques et expérientielles de celle-ci. Du côté théorique, deux angles seront privilégiés, chacun émanant de champs disciplinaires distincts : les sciences sociales et les arts.

D’une part, les techniques de méditation theravāda seront situées dans leur contexte historique d’émergence; plusieurs textes fondateurs des pratiques contemplatives bouddhistes seront scrutés d’une perspective historico-critique afin de comprendre l’évolution de ces traditions contemplatives depuis Siddhartha Gautama jusqu’à notre période contemporaine; l’appropriation occidentale de ces techniques et leur « mise en marché » au Québec et ailleurs dans le monde sera étudiée.

D’autre part, des parallèles seront dressés entre la méditation et le processus et l’état de création, qui seront analysés en détails. Ces parallèles permettront ensuite d’étudier diverses manifestations artistiques qui pourront inclure celles des participant.e.s, ce qui ouvrira au volet expérientiel. Les participant.e.s devront s’engager dans une démarche graduelle d’ « établissement de l’attention » dans une perspective phénoménologique. À cette fin, des indications claires pour la mise en pratique de prescriptions contemplatives seront offertes à toutes les rencontres et, dès le 2e séminaire et jusqu’à la fin du programme, l’expérience vécue sera éclairée par le recours aux principes de l’entretien d’auto-explicitation (Depraz, 2014; Vermersch, 2007).

Le troisième séminaire de ce programme de neuf crédits, fin avril ou début mai 2022, portera sur la méditation bouddhiste theravada. Il s’agira ici d’approfondir l’auto-explicitation de la perspective phénoménologique initiée lors du second séminaire dans le cadre d’une retraite de méditation bouddhiste theravāda de 10 jours, ce qui permettra une articulation plus intime entre théorie et pratique. Une approche à la fois expérientielle et critique face à la tradition sera adoptée tout au long du programme.

Ce programme court sera animé par trois intervenants

Mathieu Boisvert, professeur, est spécialiste des traditions religieuses sud-asiatiques. Il a obtenu un doctorat en philologie sud-asiatique (langues palie et sanskrite) de l’Université McGill (1992) avec une thèse dont le titre était The Five Aggregates; Undersanding Buddhist Soteriology and Psychology. Il enseigne depuis au Département de sciences des religions de l’UQAM et a développé une expertise reconnue sur le pèlerinage, l’ascétisme et les questions identitaires en contexte sud-asiatique. Lors des dernières années, Boisvert a co-animé avec U Jāgara plusieurs ateliers intensifs d’une semaine au Barre Centre for Buddhist Studies (Massachussetts) sur différentes thématiques traditionnelles (la contemplation de la mort, le temps, les cinq agrégats, l’amour) à partir de perspectives académiques contemporaines. Mathieu Boisvert est fondateur et directeur du Centre d’études et de recherches sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora.

Isabelle Miron, écrivaine et professeure, est spécialiste des pratiques et des théories de la création. Elle enseigne au doctorat en études et pratiques des arts et au département d’études littéraires de l’UQAM. Après une thèse portant sur les rapports entre corps, sacré et américanité en poésie québécoise, elle a développé son champ d’expertise en recherche-création sur les récits de voyage artistiques et sur l’état de création qu’elle nomme «l’état nomade» (L’état nomade, L’Instant même, à paraitre). Cet état de création a pour fondement l’expérience de méditation bouddhiste theravada qu’elle pratique depuis plus de vingt-cinq ans. Elle est membre du Centre d’études et de recherches sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora.

U Jāgara est d’origine québécoise et a reçu l’ordination monastique dans la tradition de Mahasi Sayadaw (Birmanie) en 1979. Moine bouddhiste theravāda depuis plus de quarante ans, il a passé la majeure partie de sa carrière dans des ermitages de forêt au Sri Lanka et au Myanmar et a eu le privilège de compléter des séjours d’études et de pratiques avec les plus grands « bonzes » de la pratiques contemplatives theravāda , tels Paw Awk Sayadaw, Mahasi Sayadaw et plusieurs autres moines thaïlandais. Depuis quelques années, il anime des retraites de méditation intensives d’un mois au Forest Refuge, affilié au Insight Meditation Society (Massachussetts), et des retraites annuelles de dix jours dans plusieurs centres californiens.

Conditions d’admission

Ce programme universitaire interdisciplinaire mène à une attestation d’études de deuxième cycle. Afin de pouvoir y participer, il est nécessaire de détenir soit un baccalauréat d’une université canadienne ou son équivalent. On ne peut effectuer le deuxième séminaire (hiver) sans avoir fait celui de l’automne, ni celui du printemps (mai), sans celui de l’hiver.

Pour toute information, contacter Mathieu Boisvert (boisvert.mathieu@uqam.ca) ou Isabelle Miron (miron.isabelle@uqam.ca).

Pour inscription : https://etudier.uqam.ca/admission-en-ligneProgramme 0547 (après le 1er novembre 2020)

Détails des contenus pour chaque séminaire (PDF)

Regards sur les religions du Népal contemporain

Letizia, Chiara (dir.). 2020. Regards sur les religions du Népal contemporain. Programme court Népal Mandala 2015-2016. Montréal : Département de sciences des religions, UQAM, 187 pages.

Les articles de ce volume sont le fruit des recherches de terrain que les étudiants et les étudiantes ont menées au Népal en 2016 dans le cadre du programme court de maitrise Népal Mandala. Ce programme consistait en trois séminaires sur la religion et la société népalaises contemporaines, donnés d’abord au département de sciences des religions de l’UQAM (automne/hiver 2015-2016), puis au Népal (été 2016). L’étonnante diversité religieuse du Népal est bien reflétée par la variété des sujets de recherche des étudiants et des étudiantes : l’expérience et le discours des catholiques au Tarai et dans la vallée de Katmandou, des moniales bouddhistes Theravada, des femmes brahmanes dans un village des collines et des juifs célébrant le seder en plein centre de Katmandou. (Ouvrage également accessible via la BAnQ.)

Regards sur les religions du Népal contemporain

Letizia, Chiara (dir.). 2020. Regards sur les religions du Népal contemporain. Programme court Népal Mandala 2015-2016. Montréal : Département de sciences des religions, UQAM, 187 pages.

Les articles de ce volume sont le fruit des recherches de terrain que les étudiants et les étudiantes ont menées au Népal en 2016 dans le cadre du programme court de maitrise Népal Mandala. Ce programme consistait en trois séminaires sur la religion et la société népalaises contemporaines, donnés d’abord au département de sciences des religions de l’UQAM (automne/hiver 2015-2016), puis au Népal (été 2016). L’étonnante diversité religieuse du Népal est bien reflétée par la variété des sujets de recherche des étudiants et des étudiantes : l’expérience et le discours des catholiques au Tarai et dans la vallée de Katmandou, des moniales bouddhistes Theravada, des femmes brahmanes dans un village des collines et des juifs célébrant le seder en plein centre de Katmandou.

Tous nos cours sont offerts en ligne avec la plateforme Moodle-UQAM et Zoom-UQAM

La session d’automne 2020 débutera bientôt et l’ensemble de vos cours seront offerts en ligne. Il importe donc de vous familiariser avec la plateforme MOODLE-UQAM (https://www.moodle.uqam.ca/) sur laquelle vous trouverez toutes les informations en lien avec chacun de vos cours en sciences des religions et la plateforme ZOOM-UQAM (http://zoom.uqam.ca/).

L’ensemble de l’équipe départementale a travaillé d’arrache-pied cet été afin de répondre aux besoins de formations dans ce contexte particulier et nous sommes convaincus que cette session d’automne sera stimulante et enrichissante.

Les informations quant à la prestation en ligne de chacun des cours du Département seront toutes précisées sous le sigle de chacun des cours sur la plateforme Moodle-UQAM.

Stratégies figuratives dans l’art juif II : Autour de Moïse

Olga Hazan. 2020. Stratégies figuratives dans l’art juif II : Autour de Moïse. Montréal: Presses de l’Université de Montréal, 224 p.

Dans ce livre consacré à l’étude de la haggadah de Castille, Olga Hazan analyse un cycle imagé de 63 folios jamais étudié dans son intégralité et qui fait partie des très rares corpus d’images figuratives dans l’art juif. En suivant son argumentation et en observant le déploiement de ce cycle imagé (que l’on pourrait qualifier de bande dessinée médiévale), le lecteur découvre les stratégies figuratives créées par les illustrateurs de cette haggadah. Quatre d’entre elles sont dignes de mention : la manière de traiter des personnages bibliques, hébreux et égyptiens, impliqués dans l’histoire mouvementée de l’Exode ; la manipulation des temps du récit, représentés comme simultanés, enchaînés, suspendus ou inversés ; la conversion de l’espace de représentation en espace scénique que traversent des personnages, des animaux ou des objets ; l’expressivité corporelle et faciale des protagonistes et leur recours à la parole. Ces stratégies contribuent, dans leur ensemble, à transformer le récit de l’Exode en une pièce de théâtre, laquelle s’avère conforme aux principales fonctions du seder de pesah. Ainsi, la lecture de la haggadah et la consultation du cycle imagé deviennent, par la parole, le chant et la consommation de nourriture, une performance rituelle qui vise, chaque année, à faire revivre aux célébrants la sortie d’Égypte des Hébreux.

Népal Mandala. Religion et Société au Népal (2020-2021) : Népal, Religion et société I – REL712N

PROGRAMME COURT de DEUXIÈME CYCLE en SCIENCES DES RELIGIONS

ADMISSIONS : Département de Sciences religions, UQÀM – Tél : (514) 987-0396

SOIRÉE D’INFORMATION : Jeudi, le 13 février 2020 – 17h30 – local: W-4270 – UQÀM, 455 boul. René Lévesque Est

CONTACT : Chiara Letizia, professeure en religions de l’Asie du Sud, UQAM letizia.chiara@uqam.ca et Guillaume Boucher, doctorant en anthropologie, Université de Montréal guillaume.boucher.2@umontreal.ca

Le programme Népal Mandala prévoit trois séminaires sur la religion et la société népalaise, donnés respectivement à l’automne 2020 (UQAM), l’hiver 2021 (UQAM) et au printemps 2021 (au Népal). L’objectif de ce programme court est d’introduire les étudiant.e.s à la grande hétérogénéité culturelle, religieuse et ethnique du Népal, de leur permettre de connaitre ses changements sociaux, politiques et religieux contemporains, et de leur fournir les outils nécessaires à la recherche de terrain en territoire népalais.

Les deux premiers cours à l’UQAM offriront une introduction aux cultures religieuses de cette région himalayenne (bouddhisme, hindouisme, chamanisme, islam); ils introduiront ensuite les traditions religieuses spécifiques aux groupes ethniques népalais (les Newars, les Tamangs, les Sherpas, les Magars, les Tharus entre autres) et le rapport entre religion et politique dans l’histoire du Népal et dans sa contemporanéité. Le troisième séminaire (d’une durée de trois semaines) aura lieu au Népal : le groupe se rendra dans la vallée de Katmandu et effectuera également une excursion dans des villages de l’Himalaya népalais.

Le programme est interdisciplinaire et il est ouvert à tous les étudiants titulaires d’un baccalauréat en sciences des religions ou dans une autre discipline des sciences humaines et sociales tout en ayant les connaissances préalables appropriées. La moyenne exigée est 3.2 sur 4.3.

Les étudiants de premier cycle en fin de parcours ayant complété le 2/3 ou plus (60 crédits ou plus) de leur programme d’étude avec une moyenne cumulative de 3.5 ou plus au moment de l’inscription, pourraient être acceptés dans le programme court.

Pour plus d’information, voir la description détaillée du programme (PDF)

Il est possible de télécharger l’affiche (format 11×17)

Département de sciences des religions

Né avec la création de l’UQAM comme université publique, démocratique et laïque, le Département de sciences des religions, qui n’a aucune attache confessionnelle, offre à tous les cycles des formations ouvertes, polyvalentes et critiques : trois programmes au 1er cycle, trois au 2e cycle; et un doctorat conjoint. Ses enseignements et ses recherches multidisciplinaires mettent l’accent sur 2 grandes déclinaisons du phénomène religieux : 1) Les traditions religieuses, leur histoire et leur présence dans le Québec contemporain; et 2) Les dimensions religieuses et éthiques de la culture, des productions culturelles, des institutions sociales et de la subjectivité individuelle.

Suivez-nous

Coordonnées

Département de sciences des religions
Local W-3020
455, Boul. René-Lévesque Est
Montréal (Québec) H2L 4Y2